Site Loader

L’esport, voilà un mot que nous entendons de plus en plus, mais c’est quoi exactement ? Si ce terme vous semble flou, ou si vous pensez que l’esport, ce sont des adolescents en surpoids, enfermés dans leur chambre et qui jouent à la console, alors vous êtes au bon endroit. L’esport, c’est bien plus que ça.

Le mot esport découle de la contraction du terme anglais « Electronic sport » ; « sport électronique » pour les francophiles, vous l’aurez compris. L’esport, c’est l’affrontement de plusieurs joueurs sur un même jeu vidéo. Et c’est tout. Bon, ce n‘est pas aussi simple que ça, mais guère plus compliqué.

© Alex Haney - Unsplash. Une des particularités de ce mot est qu’il n’a pas d’orthographe strictement définie. Esport, eSport ou encore e-sport, aucun de ces termes n’est faux. Malgré tout, France-esports.org conseille l’orthographe “esport”. 

Nous allons directement casser quelques préjugés : premièrement, l’esport ne concerne pas que les jeux de sport. Ok, Fifa possède une scène compétitive, et donc c’est un jeu « esport », mais il fait presque figure d’exception. Les mastodontes du circuit sont League of Legends, Call of Duty, Fortnite, Counter-Strike, Rocket League, Starcraft…*. Des jeux de combat, de tir, même un jeu où des voitures jouent au foot (Rocket League), mais ce n’est pas ça le plus important. Pour être un jeu « esport », il faut une grosse communauté de joueurs et de fans : il faut un jeu à la fois facile à suivre et agréable à regarder. Mais ce n’est pas suffisant ! Il faut aussi une vraie scène compétitive, c’est à dire l’organisation, que ce soit en ligne ou non, de compétitions qui rassemblent les meilleurs joueurs.

© Alex Haney - Unsplash

Autre préjugé : les gamers (joueurs de jeux vidéo) sont tous des adolescents en surpoids qui n’ont pas de vie sociale. Il est vrai qu’une majorité sont adolescents, ou jeunes en tous cas. Il s’agit d’une discipline qui demande énormément de réflexes, d’agilité, de prises de décisions rapides, et des aptitudes que nous perdons avec l’âge. Simple exemple: l’âge moyen d’un joueur de Fortnite est de 30,8 ans (selon une enquête de JeuxOnLine.info), mais le champion du monde, Bugha, est âgé de 16 ans et un seul joueur de plus de 17 ans faisait partie du top 5 lors de la dernière coupe du monde. En ce qui concerne le surpoids : ça arrive, mais pas plus qu’ailleurs. Il s’agit de personnes qui bougent assez peu dans une journée, car il faut le savoir, ce métier (eh oui, c’est un métier maintenant) demande énormément de temps. En période de préparation, les joueurs pros s’entraînent entre 6 et 10 heures par jour. Mais de plus en plus de joueurs font attention à leur hygiène de vie pour garder des performances mentales optimales. Une étude France-Esports.org révèle que 69% des joueurs esport pratiquent une activité sportive régulière. Et enfin, dire qu’ils n’ont pas de vie sociale serait totalement faux, car même derrière leur écran, ils ne cessent de communiquer avec d’autres personnes. Leurs coéquipiers ou leur coach pendant les entraînements, leurs viewers pendant qu’ils streament. En français, les viewers sont des personnes qui les regardent jouer, et streamer signifient retransmettre en ligne ses parties afin que d’autres personnes puissent vous regarder jouer.

Un phénomène en expansion

Si l’esport est né en Corée du Sud – sport national là-bas – il connaît aujourd’hui un essor considérable à travers le monde. Pour preuve, les places de la finale des mondiaux de LOL (League of Legends), à l’AccorHotels Arena de Paris, se sont écoulées en quelques heures et l’événement a réuni plus de 100 000 millions de téléspectateurs à travers le monde. Autre chiffre impressionnant : 100 000 000 €, c’est le cash prize total (la somme totale à gagner, qui sera répartie entre les joueurs) de la dernière coupe du monde de Fortnite. Et ce n’est que le début du phénomène ! En 2019, le monde du esport a franchi pour la première fois la barre du milliard d’euros de recette, enregistrant une augmentation de 27 % sur un an.

© Stem List - Unsplash

Alors je vous vois venir : « c’est bien beau tout ça, mais est-ce que c’est vraiment du sport ? » Nous garderons ce débat pour une prochaine fois, mais quelques petits éléments de réponse : l’esport est pratiqué par des joueurs pros qui sont sous contrat avec des clubs (structures) pros qu’ils représentent. Les joueurs sont surentraînés et présentent des aptitudes physiques extraordinaires : concentration, réflexes, agilité, etc… Il y a des compétitions, des supporters, des commentateurs et des superstars. Et cerise sur le gâteau, le dopage est aussi présent dans l’esport, comme quoi ! Si ça ce n’est pas une preuve suffisante. En tous cas, le CIO (Comité International Olympique) réfléchit sérieusement à son intégration au programme des Jeux Olympiques dans les prochaines années.

*si vous souhaitez mieux connaître le fonctionnement de ces jeux, leurs stars et plein d’autres informations, nous vous conseillons ce guide esport fait par le quotidien L’Equipe. Il vous propose une présentation détaillée des 14 jeux les plus « esport » de l’année 2020.

circle-cropped (4)
Étienne Celle

Rédacteur

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *